News


La mine de Kibali prête a livrer ses premiers lingots
Monday, April 15, 2013

Kinshasa, RDC, 16 avril 2013 - Le projet géant de mine d’or de Kibali en République démocratique du Congo s’approche, à pas réguliers, du moment où il va commencer à livrer de la valeur à ses parties prenantes et à soutenir la croissance économique de la RDC, précise Randgold Resources, copropriétaire et acteur du développement du site.

S’adressant à la presse lors d’une conférence organisée ce jour, Mark Bristow, son Président, a déclaré que l’équipe de projet de Randgold était entièrement centrée sur son objectif visant à couler le premier lingot d’or de Kibali avant la fin de l’année. Dans le même temps, l’équipe opérationnelle qui gèrera la mine se met en ordre de marche. Conformément à la philosophie de Randgold qui préconise l’emploi et l’autonomisation au niveau local, le directeur général de Kibali et la plupart des membres de l’équipe d’encadrement seront des ressortissants congolais.

Lorsque l’extraction à ciel ouvert et l’exploitation souterraine tourneront à plein régime, la mine de Kibali devrait assurer la transformation de 7 millions de tonnes de minerai par an pour produire environ 600 000 onces d’or, ce qui en fera l’une des plus importantes mines d’or d’Afrique. L’excavation à ciel ouvert est déjà en cours pour constituer les stocks de réserve de minerai qui s’établissent actuellement à 600 000 tonnes. L’équipe de projet poursuit également le développement de la mine souterraine. Les travaux sur la rampe et le puits vertical progressent rapidement.

« Nous ne nous contentons pas de construire sur ce site une mine de classe mondiale. Nous avons également agrandi et rénové les infrastructures de la région, ce qui profite déjà à la province Orientale où se situe Kibali. Nous procédons également au relogement des communautés locales dans un village modèle qui, une fois fini en milieu d’année, ne comptera pas moins de 4 000 logements neufs avec raccordement aux réseaux d’eau et d’électricité. La localité comptera également des centres de soins, des écoles et des églises. » a ajouté M. Bristow.

« Notre objectif vise le développement d’activités minières qui soient rentables dans la durée, dans une démarche de partenariat avec les pays hôtes. Notre vision s’inscrit sur le long terme. Depuis l’acquisition du projet Kibali, nous avons plus que doublé les réserves d’or par l’exploration. Nous continuons en outre à traquer de nouvelles onces de métal précieux au sein de la zone qui nous a été concédée. Nous entendons ainsi remplacer ce que nous prélevons dans le cadre de nos activités minières. Par ailleurs, nous élargissons notre présence en RDC grâce à l’accord de co-entreprise que nous avons récemment conclu avec Kilo Goldmines, qui nous a donné accès à plus de 2 000km² de ceinture de roches vertes prospective au nord-est de la RDC. »

M. Bristow a déclaré que Randgold considère que la province Orientale de RDC a le potentiel pour devenir le nouveau Katanga. Pour que ce projet prenne forme, il faudrait toutefois que les autorités du pays, tant au niveau central que régional, se mobilisent autour de l’engagement de Randgold de pourvoir à son développement.

« A l’instar de nombreux pays d’Afrique, la RDC a connu une histoire de l’exploitation de ses ressources peu enviable, que ce soit sous la férule de la puissance coloniale, puis sous celle de ses propres gouvernants précédents. Exploitée de manière raisonnable, la richesse minérale de la RDC peut pourtant former le socle d’une économie solide dont les bénéfices seront pérennes pour le pays et l’ensemble de sa population, mais à la condition unique de résister à la tentation de récolter cet extraordinaire trésor de façon prématurée. Randgold a déjà démontré ses intentions en ce sens, en tenant toutes ses promesses. Nous sommes convaincus que les autres parties prenantes du projet Kibali, et notamment l’Etat, feront de même. » a-t-il déclaré.


© Copyright 2015 - Randgold Resources Limited